bandeau header

L’érection du monument aux morts a été décidée par le conseil municipal le 7 septembre 1919. L’autorisation ministérielle a été accordée à la fin de la même année. Le monument a été érigé en 1920.

Monument 1923Le site choisi a été la place du village, face à la mairie, à l’époque à l’intersection de la voie conduisant à la grande route et de l’allée menant à l’église.

Le monument a été installé par J. Thollon, entrepreneur de monuments funéraires à Porcieu (Isère). Le coût a été de 8 700 francs dont 4 400 francs fournis par une souscription qui correspondrait aujourd’hui à près de 12 000 euros.

Le monument est de pierre blanche d’une hauteur de 5,38 m et comprend un obélisque tronqué de 2,10 m posé sur un socle et surmonté d’un motif sculpté.

L’obélisque est orné sur sa face nord d’éléments sculptés : à la base une couronne du souvenir, au milieu un drapeau et une palme entrelacés, en haut une croix de guerre.

Le socle porte les inscriptions : « 1914-1918, souvenez-vous. A la mémoire de vaillants enfants de Saint-Denis morts pour sauver la France ».

67 noms gravés

Sur les trois faces libres sont gravés, année par année, les noms de 55 morts et disparus de la guerre de 14-18 auxquels ont été ajoutés 10 noms pour la guerre de 1939-1945, et sur la plaque à la face ouest, 2 autres noms (Indochine 1951-Algérie 1958).

  

Monument 2000

S'appuyant sur l'esprit de la loi du 25 octobre 1919, un usage s'est imposé, depuis la première guerre mondiale, comme référence pour les décisions municipales en la matière : l'inscription d'un nom se justifie pleinement lorsque le défunt, décédé au cours d'une guerre ou d'opérations assimilées à des campagnes de guerre, est titulaire de la mention " Mort pour la France " et est né ou domicilié légalement en dernier lieu dans la commune considérée.

Cette dernière phrase a généré parfois des « anomalies ». Comme par exemple, un soldat est né sur le territoire de la commune, mais n’y habitait plus au moment de son décès. A l’inverse, des soldats habitant Saint-Denis sont nés dans une autre commune et non inscrits sur notre monument... ou d’autres sont inscrits dans les deux communes.

Accédez au parcours militaire de chaque personne inscrite sur le monument de notre commune... parcourez, souvenez-vous et honorez leurs mémoires.

Article de Jean-Paul Thouny - Jean-Philippe Bertrand. Source Préinventaire « Richesses touristiques et archéologique des cantons de Péronnas et de Viriat ». En savoir plus Mémoire des hommes.