bandeau header

Les personnes arrivant d’une autre région, peuvent être surprises de cette fête des conscrits célébrée chaque année dans notre commune, comme dans beaucoup d’autres du Revermont, du Bugey et du Beaujolais pour ne citer que nos proches voisins.

drapeau classe1898Toutes ont la même origine, celle du service militaire obligatoire qui est la réquisition par l’État d'une partie de la « population » afin de servir ses forces armées militaires. En France, ce service national remonte à la Révolution française, est le successeur des milices.


En 1818, la loi établit le recrutement par engagement et tirage au sort. Ce dernier se déroule au lieu-chef de canton en séance publique solennelle.

Le service dure six ans. Le nombre de bulletins, numérotés et déposés dans l’urne, correspond exactement à celui des appelés. Ces numéros tant redoutés fixent le destin du jeune homme. S’il a la main heureuse, il est libéré de toute obligation militaire. Au contraire, s’il tire le mauvais numéro, il part accomplir son service.

Mais les appelés tirés au sort ont le droit de se faire remplacer par une personne tierce. Le remplaçant négocie donc avec l'appelé et sa famille une compensation financière en échange de son engagement.

En 1905, la loi supprime le tirage au sort, les remplacements ainsi que les exemptions : désormais tous les hommes sont appelables pour deux ans, pour un service personnel, égal et obligatoire ; la notion de sursis est introduite.

De la vie d'adolescent à la vie d'adulte

Le tirage au sort a engendré partout en France et selon les régions, des cérémonies « rituelles » et « folkloriques » dont la plus marquée est certainement celle de Villefranche-sur-Saône (Rhône) en 1888, localité dans laquelle les jeunes en partance pour l'armée se réunissaient pour faire la fête et célébrer leurs derniers moments au sein de la société civile.

Sorte de rite de passage de la vie adolescente vers la vie adulte, les fêtes entre conscrits étaient aussi l'occasion de développer une forme particulièrement intense de sociabilité villageoise et rurale. Dans la Bresse et le Revermont, la « tournée des conscrits » s’étalant sur des périodes de plusieurs semaines, était aussi (et surtout ?) l’occasion de faire connaissance avec les jeunes filles à marier. Partir faire son régiment avec promesse de mariage au retour était une assurance sur l’avenir.

Cette tradition perdure aujourd’hui même si la conscription n’est plus d’actualité. Les 20 ans fêtent leur jeunesse dans le village, créant ainsi des liens forts qu’ils pourront pour certains préserver tout au long de leurs futurs banquets de classe décennaux.


Au fil du temps, cette fête est devenue une tradition permettant l'affirmation de son identité et l'existence d'une forme d'exception culturelle régionale forte. Elle demeure également dans notre commune une façon privilégiée d’intégrer à la vie locale de nouveaux habitants enclins à s’enraciner dans la vie locale.

Article de jean-Philippe Bertrand. Sources : les conscrits et leurs origines, la conscription en France, le service militaire

 

Retrouver vos conscrits.