bandeau header

Rien de plus difficile de se repérer entre l'histoire de France, de l'Europe et de notre Bresse. Voici donc quelques éléments de repères afin de vous géolocaliser au cours des millénaires :

cerdon01-11 700 ans à -1 500 ans : les premières traces d’habitation de notre région remontent à l’ère quaternaire. Les cavernes du Revermont et du Cerdon en portent les traces.

-1 500 ans à -60 ans : la diffusion de la culture du fer (second âge de fer) par les tribus celtes se fait au détriment des chasseurs cueilleurs habitant originellement la Bresse. Les Éduens établirent une confédération à l’ouest de l’Arar (la Saône), les Boïens s'installèrent dans le Bourbonnais, les Ségusiaves dans le Lyonnais et les Séquanes à l’est de la forêt bressane.

La Bresse est donc tiraillée entre les Éduens à l'ouest et les Séquanes au nord-est. Au sud-est sont présents les Ambarres. L’ethnonyme « Ambarres » signifie « ceux qui habitent des deux côtés de l’Arar », (nom de la Saône, à l’époque antique) et se retrouve dans celui de plusieurs villes : Ambérieu-en-Bugey, Ambérieux-en-Dombes, Ambutrix, Ambronay, Ambléon, Amblagnieu ou Ambérieux-d'Azergues. Ils avaient pour principaux voisins les Éduens, dont ils étaient les clients au nord, les Ségusiaves à l’ouest, les Allobroges au sud et les Séquanes à l’est.

-60 ans : César conquiert toute la Gaule.

-51 ans : la Bresse est rattachée au peuple celte (deux autres coexistent à l’époque en France : le peuple belge et le peuple aquitain)

-20 ans : une voie créée par les légions romaines venant de la Saône et se dirigeant sur Bourg passait sur le sol de notre commune. A cette époque, un « oppidum », tour de guet, a été érigé dans la zone la plus haute de Bourg (altitude 240m) qui dominait la plaine de la Reyssouze (altitude 223m) pour surveiller et prévenir toute attaque.

Cette tour devait abriter un certain nombre de légionnaires, peut-être une « centurie » qui devait être relevée périodiquement en passant par Saint-Denis pour rejoindre la Saône, car la vallée du Rhône et la vallée de la Saône constituaient le principal cheminement pour occuper cette partie du territoire gaulois.

Les fondations de cette tour romaine ont été découvertes lors de la construction de l’ancienne prison en 1817. Il est fort possible que le chemin qui reliait Saint-Denis à Bourg avant la construction de la route de Bourg à Neuville-les-Dames empruntait le tracé de la voie romaine car il se dirigeait sur l’oppidum romain.

suite

Article de Jean-Philippe Bertrand et François Chaume.